Aller au contenu principal

7 novembre 2011

2

Cesser de tourner autour du potiron

par Valérie des Temps qui courent

Pour maximiser chaque dollar gagné (et éventuellement ne plus avoir à autant travailler), quoi de mieux que de cuisiner? Le Slow Food, c’est la santé! Cette semaine, je vous explique comment apprêter la délicieuse et économique citrouille (ainsi que la grande famille des courges d’hiver), avec un minimum d’effort – évidemment!

Quand on les a dans la peau

Passé Halloween, on ne donne pas cher de sa peau épaisse et orangée, pourtant la citrouille a tellement plus à offrir qu’une face effrayante grossièrement sculptée. J’ai d’ailleurs toujours un pincement au cœur en voyant autant de citrouilles sacrifiées en une seule soirée. Tant de litres de potage gaspillés, de tartes et de gâteaux perdus… Je sais, je deviens sentimentale.

C’est que, voyez-vous, la citrouille rappelle à mes papilles de délicieux souvenirs d’enfance. Aussi, je suis toujours étonnée de voir combien n’y ont jamais goûté ou ne savent pas la cuisiner. C’est une grande injustice à laquelle je vais immédiatement remédier!

Le grand art de leur faire la peau

On ne se le cachera pas, l’ennui avec les grosses courges côtelées, c’est de les peler. La pelure est vraiment coriace et les côtes rendent le travail compliqué. Si vous avez besoin de cubes pour une recette, de grâce, prenez la courge musquée (butternut), celle qui ressemble à une grosse poire beige. Son design ergonomique et sa pelure au fini lisse vous la rendent plus facile à peler au couteau économe (le bon vieux pèle-patates). Vous saurez me remercier.

Pour garder la forme sans aller au gym, on peut toujours s’attaquer à la citrouille ou au potiron. Dilemme cornélien : veux-je sauver du temps ou m’épuiser? Je l’avoue, même avec un couteau bien aiguisé, j’arrive rarement à trouver le courage de m’attaquer à cette chapelle Sixtine de l’épluchage. Mais comme je ne me passerais jamais de déguster ces grosses cucurbitacées, j’ai trouvé une méthode de paresseux très simple pour les apprêter : la cuisson au four. Il suffit ensuite d’en faire une purée prête à l’emploi pour cuisiner. Vous pouvez même la congeler pour usages ultérieurs. Vous verrez à quel point ces dures à peler sont loin d’être des dures à cuire!

Je vous ai bricolé un aide-mémoire où vous trouverez la marche à suivre pour la cuisson et la préparation de cette purée ainsi que de savoureuses recettes où l’incorporer.

Faire durer le plaisir de la chair

La purée se conserve 6 mois au congélateur dans un contenant hermétique. Comme 500 g (1 livre) de chair donnent environ 250 ml (1 tasse) de purée, avec une ou deux grosses courges, on peut faire des réserves pour l’année!

Les courges entières se conservent de quelques semaines à quelques mois dans un endroit frais et sec à l’abri de la lumière (une armoire fera l’affaire). Les courges en dés, pour leur part, ne se conserveront que quelques jours dans un plat ou un sac de plastique remisé dans le bac à légumes du frigo.

De l’entrée au dessert (mais pas dans le même repas!)

En dés ou en purée, les courges entrent dans la composition de plats tant salés que sucrés. Faites-en des potages, des caris, des tajines. On peut farcir ou gratiner les plus petites et même les cuire et les combiner avec les pommes de terre pour en faire d’exquises patates pilées orangées. En dessert ou en collation, on a vraiment une foule d’options : galettes, biscuits, muffins, gâteau, tarte, confitures, compote, pains, marmelades, etc.

Vous trouverez facilement sur le Web des tonnes d’idées sur la façon d’apprêter les citrouilles et les courges d’hiver. Voici deux sites intéressants : La Courgerie, un producteur ayant pignon sur rue dans Lanaudière, et Recettes du Québec. Allez! Expérimentez et profitez-en pour vous régaler sans vous ruiner!

Publicités
2 Commentaires Poster un commentaire
  1. Katherine-Elisabeth Ménard
    Nov 17 2011

    Je serai heureuse d’être une  »suiveuse » de votre blog si intéressant!
    Chapeau, les filles!

    Katherine

    Réponse
  2. Gueuze Lambic
    Déc 7 2011

    J’ai un creux… juste là.

    Miam !

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

S'abonner aux commentaires

%d blogueurs aiment cette page :