Aller au contenu principal

20 novembre 2011

3

Scène de ménage

par Valérie des Temps qui courent

Pour frotter des assiettes ou récurer la toilette, j’ai la bravoure d’une mauviette. Faire le ménage soulève chez moi la poussière, mais aucune passion, et me donne des boutons, la nausée et l’envie d’entrer en convulsions. Je suis souvent secouée par des crises de lâcheté. J’aime mieux repeindre la cuisine que la nettoyer. Ça, c’est mon genre de travaux ménagers!

LA tache à mon dossier

Pourtant, je suis une fille structurée. J’aime les systèmes de classement, les piles de largeur égale, les couleurs regroupées, les rayures des linges à vaisselle alignées, les contenants bien étiquetés, les livres rangés par éditeur et ordre de grandeur et la musique par ordre alphabétique. Mais dès que ça sort des placards, ça prend vite des allures de foutoir! Si au moins, pour épargner ma fierté et sauver les apparences, la situation pouvait s’inverser : le bordel dans les armoires et le reste bien ordonné. Je peux toujours rêver!

Problème « récurant »

Eh oui, ma maison a fréquemment des allures post-ouragan… et les secours tardent à arriver! C’est que l’entretien d’une maisonnée, au moindre relâchement, peut salement dégénérer : sitôt le linge lavé, plié, rangé, le panier se remet à déborder, car il faut bien s’habiller! Sitôt le lave-vaisselle vidé, il est de nouveau plein à craquer, car il faut bien manger! La poussière a à peine le temps de retomber que tout est déjà à recommencer.

Se ménager sans ménagement

Le ménage, j’aimerais ne jamais avoir à m’en soucier, mais je ne veux pas vivre avec les conséquences d’un trop grand laisser-aller. Même si ma caverne semble en déroute, je ne pourrais supporter qu’elle fleure le mammouth : je suis quand même civilisée!

Il n’y a pas de solution miracle, mais il est néanmoins possible de diluer l’odieux des travaux domestiques et d’ainsi rendre les épisodes de rangement et de nettoyage franchement moins épiques.

(1) Détailler au lieu de détaler                   

On a beau le souhaiter très fort, le ménage, on ne peut y échapper. Mais l’idée de gaspiller toute une journée (ou même sa moitié) à laver, récurer et ranger m’insupporte au plus haut degré, alors je choisis d’étaler. Bien évidemment, étalement pris au sens de répartition dans le temps. Quoique… les piles de papiers, vêtements et babioles qui jonchent chez moi fauteuil, table et bureau pourraient vous donner une autre idée du sens de ce mot.

Je me donne donc un élan et j’accomplis une tâche ennuyeuse par journée, ou deux, si c’est un élan de magnanimité. Et je dois avouer que c’est somme toute jouissif de cocher quotidiennement l’un des sales trucs (devenus propres) accumulés sur ma to do list.

(2) Miser sur l’effet d’entraînement

Pour rendre plus intéressant (ou, à tout le moins, moins déprimant) mon épanouissement domestique, je le fais tout en musique. Je mets un fond sonore entraînant et je moppe le plancher en dansant. L’astiquage rythmique fait passer le temps plus vite et, suivant l’ardeur déployée, je peux considérer mon workout fait pour la journée. Je m’offre des vacances méritées sur la plage horaire ainsi libérée.

(3) S’unir pour diviser : faire bon ménage avec sa moitié

Mon amoureux et moi, on pratique le ménage synchronisé. Chacun une pièce, chacun sa corvée. La responsabilité du maintien de la maisonnée pèse beaucoup moins lorsque partagée. C’est donc en duo qu’on mène le combat contre le fatras. Quand on est deux, ça va deux fois mieux. Et quand on a fini… on est vraiment heureux!

(4) Rage du ménage : alimenter le virus

Il y a des jours où je me sens investie d’une énergie de tsunami. Mordue par une rage de ménage, je balaie tout sur mon passage. J’en bave un coup et, généralement, ça me lessive complètement, mais comme la frénésie ne me prend qu’à la pleine lune au printemps une fois tous les dix ans, je profite de la vague et je suis le courant.

(5) Envoyer la poussière au tapis… et l’y laisser

À l’inverse, je m’offre aussi le luxe d’une exquise paresse quand mon amoureux n’est pas plus motivé que moi. Il est, de temps en temps, bénéfique (pour le moral) de se montrer délinquant. Et la culpabilité, tout comme les corvées, pèse beaucoup moins quand elle est partagée.

Passer l’éponge avant de la jeter

Quoi que je tente de faire, poussière, il y a de la poussière, et elle reviendra, la poussière. Ainsi, mon bungalow n’est pas toujours très chic, mais il a, disons, son petit charme rustique. Il est propret et à peu près rangé. Je fais ce qui est à faire, mais sans me crever. Je ne vois pas nettement mon reflet sur le chrome des robinets? Pas de soucis! Pourvu que ça brille et que ça scintille dans ma vie, je ne sens pas le besoin que l’évier resplendisse aussi! Tout n’a pas besoin de reluire parfaitement, ni même de reluire en même temps.

Et puis, quand le temps est clément, je n’hésite pas à jeter l’éponge et les gants jaunes en latex pour sortir prendre l’air ou faire une sieste. Une journée sans travaux ménagers, c’est le summum de la liberté, et ça permet de faire le grand ménage… dans sa tête!

Publicités
3 Commentaires Poster un commentaire
  1. Nov 20 2011

    J’aimerais bien avoir une armée de petites souris moi aussi pour m’aider à mettre le tout en ordre (ou sous le tapis). 😉 Mais je suis d’accord: ça va beaucoup mieux quand on fait le ménage à deux et après, quel plaisir de se servir un bon thé chaud et une petite grignotine sucrée pour relaxer!

    Réponse
  2. Katherine-Elisabeth Ménard
    Nov 22 2011

    Une très belle écriture! Ça devient un plaisir de lire… sur les corvées!

    Réponse

Rétroliens & Pings

  1. Les grandes aspirations | Les temps qui courent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

S'abonner aux commentaires

%d blogueurs aiment cette page :