Aller au contenu principal

4 décembre 2011

5

Déchaîner son animal social

par Valérie des Temps qui courent

Vous voyez là-bas cette fille parfaitement vêtue, maquillée, coiffée? Oui, oui, celle qui évolue avec aisance et assurance parmi les invités. On dirait qu’elle connaît tout le monde puisqu’elle discute naturellement avec tout un chacun, trouvant toujours le moyen de captiver ou de faire rire l’assemblée. Et bien, cette fille-là, ce n’est pas moi!

Cancre social de première classe

Si vous voulez me rencontrer dans une soirée, cherchez-moi plutôt le long des murs ou derrière le portemanteau de l’entrée. En société, comme je me sens rarement dans mon élément, je ne présente que le meilleur profil, et dans mon cas, c’est le profil bas.

Dans un groupe, j’ai souvent du mal à trouver ma place. Je suis facilement intimidée par les gens que je connais peu et je rougis même quand je suis abordée par ceux que je connais un peu mieux. Et comme si cet embarras constant n’était pas suffisant, mon frêle entregent s’écroule dès qu’il y a foule.

Dans ma petite vie tranquille et sympathique, il ne se passe rien de bien épique, alors j’ai le sentiment que tout ce que j’ai à conter est du soporifique concentré. De plus, si par chance je trouve un sujet à aborder, les bons mots semblent ne jamais me venir au bon moment, ou alors ils s’enfargent dans ma bouche et restent pris (avec un brin de persil) entre mes dents. Je bafouille, je cafouille, je m’embrouille puis je me replie en catimini, mortifiée à l’idée de passer pour une andouille.

En découdre avec la mode

En plus de ne jamais me sentir à ma place, j’ai l’impression persistante de détonner. Comme je ne suis pas du genre à m’endimancher tous les jours, il en résulte que je ne suis pas tout à fait à la page au chapitre de la mode et des tendances. Donc coté look, j’ai beau me changer 15 fois, le « après » ne me semble jamais tellement plus convenable que le « avant ». À la maison, peu m’importe d’avoir l’air de la chienne à Jacques, ou même de Jacques à l’occasion. Mais pour une sortie où, sans être l’étoile de la soirée, j’espère quand même un peu briller, le « linge mou relaxe » n’est assurément pas le style à adopter.

De plus, malgré les efforts déployés pour me coiffer, on dirait toujours que ma tête émerge d’une tuque ou d’un oreiller. Bien sûr, je pourrais assumer le style bigarré et faire mon entrée avec ma coiffure de type « désolée, c’est l’humidité » ou encore « il a beaucoup venté ». Mais je tiens à rester « sortable » et à ne pas trop faire honte à mon bien-aimé qui me demande si gentiment de l’accompagner.

Attitude prête à porter

J’en ai assez de me laisser dévorer par l’anxiété des semaines à l’avance quand une sortie hors de ma sphère privée s’inscrit au calendrier. Je n’en démords plus : j’ai envie de me dompter, car je me sais capable de bien m’exprimer et je souhaite faire connaître ma joyeuse répartie dont profitent souvent famille et amis. Par souci d’équité, je veux être d’aussi bonne compagnie pour les gens avec qui j’ai moins d’affinités que pour ceux dont je suis entourée. Exit l’ermite! Je sors de ma coquille. Je vais me socialiser.

De plus, ce n’est pas en jouant au loup solitaire zappant devant la télé que je vais m’amuser. Les sorties en société me fournissent plus d’occasions de m’exercer à converser que toute retraite fermée, alors je garde l’esprit ouvert. Je peux, comme je choisis ma tenue, choisir l’attitude à adopter. Et ce sera sans doute plus facile pour moi que de trouver quoi porter.

Balle des débutantes

Subir ou ne pas subir les soirées : le choix m’échoit. La balle est dans mon camp et j’opte maintenant pour me lancer en société. Sans être tirée à quatre épingles, je veux tirer la mienne du jeu et m’amuser tout en continuant de me ressembler, version raisonnablement optimisée. J’endosse donc le look « au moins j’ai essayé ».

J’ai découvert un moyen de m’en tirer à bon compte sans risquer de devoir me retirer décomptée. Au lieu de rester stratégiquement planquée avec ma timidité près du plat de crudités, je la laisse derrière et je prends les devants. Comme j’ai du mal à trouver mes propos intéressants, je vais vers ces autres convives si intimidants… et je les fais parler d’eux-mêmes! Ainsi, flattés, ils gardent à coup sûr un bon souvenir de moi. Bien quoi? On ne devient pas un animal social du jour au lendemain, et j’ai trouvé comment tranquillement apprivoiser le mien.

Quand je saurai donner la patte sans trembler, quand ma langue sera déliée et dégênée, mon animal social va se déchaîner, vous verrez!

Publicités
5 Commentaires Poster un commentaire
  1. Charline Giffard
    Déc 4 2011

    Bravo les filles! J’aime bien vos textes!

    Réponse
  2. Judith Poulin
    Déc 4 2011

    Je me reconnais dans ce texte. Bravo encore pour cet usage intelligent et impeccable du français. J’ai reconnu certaines bêtes dans les illustrations…

    Réponse
  3. Fernande Poulin
    Déc 4 2011

    Je me suis bien amusée à te lire une fois de plus. Je me suis également reconnue dans certaines descriptions de la fille qui doit choisir quoi porter, du stress ressenti à la perspective d’une soirée en milieu inconnu…et menaçant?! Bravo encore!
    Fernande

    Réponse
  4. Rachel Blouin
    Déc 4 2011

    que d’intelligence et d’élégance…Que de plaisir à savourer vos écrits et parfois à s’y retrouver..
    Vos textes sont un hommage à la langue et à l’esprit français

    Réponse
  5. Marie-Daniele
    Déc 13 2011

    Bravo pour le sujet, vrai et connu de tous et toutes! Dire le contraire est manquer d’audace, alors sois sans crainte Valérie, tu es très normale:) l’assurance vient avec l’âge, en général, elle arrive avec les rides hahaha

    Bravo pour les dessins, j’adore.

    Promis, je suivrai.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

S'abonner aux commentaires

%d blogueurs aiment cette page :