Aller au contenu principal

22 janvier 2012

3

Fiction pulpeuse

par Valérie des Temps qui courent

Comme la plupart des filles à la ronde, mes rondeurs me dépriment carrément. Quand bien même tous m’assurent qu’un vêtement me va comme un gant, moi, je persiste à trouver que j’ai l’air d’une mitaine dedans. Pourtant, sous le ciel méditerranéen, il en allait autrement… Alors, qu’en est-il vraiment?

Mince, alors!

J’ai déjà vécu sous le seuil du poids santé. Ado et jeune adulte stressée, l’estomac toujours solidement noué, j’avais du mal à bien m’alimenter. Ça m’arrangeait d’être aussi tendue, car je restais très mince sans faire d’effort. Malgré cela, je n’étais jamais satisfaite de ma silhouette et je surveillais constamment mon poids. Je me pesais matin et soir (et le midi si possible), avant et après mes (maigres) repas. Je prétendais ne pas me soucier de mon apparence, mais je craignais d’engraisser beaucoup plus que ce que je voulais bien m’avouer.

Deux poids, deux mesures

C’est au cours de mes études universitaires en Grèce (attention, jeu de mots à l’horizon!) que j’ai constaté que les rondeurs n’étaient pas universellement considérées comme une calamité. Mes voisines grecques, de rondouillardes villageoises joviales, me trouvant bien maigre, m’ont toute l’année gavée de légumes à l’huile d’olive et aux herbes de montagne, de miel d’oranger, de fromage de brebis et de pain frais du boulanger (dites, vous salivez aussi?).

J’ai donc pris pas mal de poids. Combien exactement, je ne le sais pas, car à mon plus grand étonnement, ça ne me dérangeait même pas! Je n’avais jamais autant rempli ma peau et pourtant je ne m’y étais jamais sentie aussi bien… J’avais de l’appétit comme quatre et, pendant cette trêve de la faim, j’ai cessé de vouloir couper dans le gras pour profiter pleinement de mon expérience en Grèce (voilà pour le jeu de mots).

Mener la grosse vie

Là-bas, j’ai découvert, à travers le régime alimentaire crétois et le mode de vie méditerranéen, le bonheur d’avoir de l’appétit, celui de bien manger, de me dépenser à fond (car enfin pleine d’énergie) et de vivre au jour le jour, sans stress. Suprême volupté, j’ai aussi appris l’art de la sieste. En Grèce, on va «siga, siga» : la vie s’égrène «doucement, doucement». C’est cool, c’est lent, c’est relaxe. On est actif, on bouge beaucoup, mais sans jamais se presser. Et surtout, on ne se sent jamais gros entouré de gens à l’aise avec leurs kilos.

Problème de taille

Alors qu’en Grèce une silhouette arrondie est signe de santé, ici, l’ultra-minceur est valorisée. Quand on accuse quelques kilos en trop, on se fait facilement juger. Peut-on être dynamique et un peu enveloppé? Un préjugé fort répandu associe tout de suite nos petits replis à un gros manque de volonté. Quoi? Les gens plus enrobés seraient inévitablement mous à l’intérieur comme à l’extérieur? J’en doute fort!

Plusieurs facteurs peuvent occasionner un gain de poids. En tête de liste viennent la mauvaise alimentation et le manque d’activité physique, mais même en étant actif et en mangeant santé on peut quand même engraisser. L’âge et l’hérédité sont des facteurs de prise de poids, comme le sont aussi certains problèmes de santé (diabète, dépression, maladies de la thyroïde…) ou les effets secondaires liés à la prise de médicaments (anovulants, antidépresseurs, somnifères, cortisone…). Et ces facteurs-là sont beaucoup plus difficiles à contrôler.

Question de satiété

Plus des trois quarts des gens, même ceux qui maintiennent un poids santé, affirment souhaiter perdre des kilos. Pourtant, le type filiforme surreprésenté dans les publicités se rencontre naturellement chez moins de 5 % de la population… Et, ce qui me pèse, c’est que mon amoureux en fait partie!

Oui, je suis mariée à un poids mange-tout pouvant engloutir 200 collations par jour et conserver son physique de jeune premier. Moi, si je mange un muffin, j’en prends aussitôt l’aspect, car ma taille se met à déborder sur la ceinture de mon pantalon. Ça me fait angoisser terriblement, car si j’arrive à peu près à conserver une taille de guêpe, j’ai quand même très peur de me retrouver avec un derrière de bourdon!

Stature grecque

Je n’ai pas la stature longiligne et délicate d’un 2X4. Je suis une fille bien charpentée et, à moins de me faire raboter le squelette, je n’aurai jamais le physique d’une starlette! L’ado qui se trouve grosse sans l’être vit toujours en moi; si j’arrive à la déloger, je vais me soulager d’un poids! Mais comment faire la paix avec mon corps si je ne change rien dans ma tête? C’est avant tout là qu’il faut couper dans le gras!

Le poids, j’essaie autant que possible de m’en balancer. D’ailleurs, pour ne pas alimenter ma peur d’engraisser, il n’y a PLUS de pèse-personne chez moi. Je maintiens mes saines habitudes de vie et je tente encore de les améliorer : bien manger, bouger et relaxer.

Ma vie en Grèce me comblait (dans tous les sens du terme!) et je veux retrouver ici ce même état d’esprit. J’avais un grand appétit pour la vie et mon apparence ne me causait plus de soucis. On peut se nourrir d’autre chose que de culpabilité. On peut être bien dans sa tête ET dans son corps. S’aimer dedans comme dehors.

Bon, j’arrête de m’empoisonner la vie avec mes petits replis. Et, pour vérifier que ma résolution tient, je vais de ce pas magasiner les maillots de bain!

Publicités
3 Commentaires Poster un commentaire
  1. Jan 22 2012

    Et un bikini en plus! 🙂

    Réponse
  2. Marie-Claire
    Jan 23 2012

    Un autre texte savoureux… C’est le cas de le dire! 🙂 Ce serait dont bien qu’on valorise les courbes, c’est tellement plus joli que de la peau sur des os. Soyons fières de nos rondeurs, c’est notre féminité, et toute femme qui se sent bien dans sa peau devient resplendissante! 🙂

    Réponse

Rétroliens & Pings

  1. Fiction pulpeuse | Les temps qui courent | lacapitaleblogue.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

S'abonner aux commentaires

%d blogueurs aiment cette page :