Aller au contenu principal

Carnet bouffe du Chat touilleur : « La science infusée »

L’infusion à froid

Pour réussir l’expérience, ça prend un pichet ou un pot d’une capacité d’environ 1 litre, un entonnoir, une passoire ou un filtre et une ou deux bouteilles refermables. Il faut également de l’eau froide et quelque chose à infuser. Ça peut être :

  • du thé (vert, noir, blanc, aromatisé ou mélange épicé de type chaï) : 2 sachets ou 1 à 2 c. à thé de feuilles par litre d’eau;
  • du rooibos (« thé » rouge africain). Ce n’est pas un vrai thé, mais on l’infuse de la même façon. Il ne contient pas de caféine. 2 sachets ou 1 à 2 c. à thé par litre d’eau;
  • des épices (anis étoilé, cannelle, clou de girofle, gousses de cardamome, etc.), des herbes (menthe, verveine citron, mélisse, etc.) ou des fleurs séchées (tilleul, pétales de roses, d’hibiscus, de lavande, d’osmanthus, etc.) : 1 à 2 c. à thé par litre d’eau;
  • des fines herbes fraîches (menthe, verveine citron, mélisse, coriandre) : 4 à 6 branches avec les feuilles, insérées dans le pichet;
  • un morceau de gingembre de 5 cm de long râpé grossièrement ou coupé en petits cubes;
  • des tranches d’agrumes (citron, lime, orange, mandarine);
  •  deux ou plus de ces ingrédients combinés (clous de girofle et citron; gingembre et orange; lime et coriandre; thé et fleurs séchées, etc.).

Marche à suivre : pas à pas dans le b.a.-ba

On met le thé ou les aromates choisis dans le pichet et on ajoute environ 1 litre d’eau froide. On couvre et on laisse reposer au frigo toute une nuit tandis qu’on se repose au lit. Au matin, on se décolle les yeux, on s’étire, on filtre et on embouteille.

Si on est pressé (ou si on ne l’est pas assez et qu’on a attendu à la dernière minute pour tout préparer), il y a aussi possibilité de faire une macération rapide à température pièce. On met les ingrédients dans le pichet et on les laisse reposer plus ou moins 3 heures sur le comptoir. Par la suite, on filtre et on réfrigère ou on ajoute des glaçons et on sert.

On peut être tenté d’utiliser une cuiller à pince ou une boule à thé pour éviter l’étape du filtrage, mais l’infusion prendra alors beaucoup plus de temps. En effet, les feuilles, une fois mouillées, prennent de l’expansion et se compriment dans la boule à thé. Mieux vaut les laisser flotter librement pour que toute leur saveur s’exprime aisément.

Attention! Conversons conservation

Comme il s’agit d’un produit maison sans agents de conservation, on recommande de le consommer dans les 48 heures suivant sa préparation. Si on attend trop longtemps, le goût risque de s’altérer et si on ne l’a pas conservé au frais, le liquide pourrait devenir trouble ou fermenter. On le garde donc au frigo dans une bouteille bien fermée.

Petite note sur la notion du temps

Voici, à titre indicateur, un guide pour le temps d’infusion. Rappelez-vous tout de même que les meilleurs guides, ce sont vos papilles et votre nez, donc faites des essais, humez et goûtez.

Le thé vert

Au frigo : pas plus de 10 à 12 heures, car une petite pointe d’amertume risque alors de se développer

Sur le comptoir : environ 3 heures

Le thé blanc

Au frigo : 10 à 12 heures. On peut même l’oublier quelques heures de plus. Aucune amertume ne se développera

Sur le comptoir : 3 à 4 heures

Le thé noir

Au frigo : 4 ou 5 heures suffisent amplement, car il prend rapidement de la force

Sur le comptoir : 1 h 30 à 2 heures

Autres types d’infusions

Tisanes en vrac ou en sachet, épices, herbes aromatiques fraîches ou séchées, rooibos, fleurs

Au frigo : 10 à 12 heures

Sur le comptoir : 2 à 4 heures

Quelques parfums pour une grande inspiration

Vous ne savez pas par où commencer ni quel type de thé ou d’aromate infuser? Voici mes préférés, maintes fois acclamés.

  1. Comme on n’a pas souvent l’occasion de boire un « jus de fleur », le thé au jasmin, vert ou blanc, de même que les infusions de fleurs séchées (l’hibiscus, par exemple) font toujours l’unanimité.
  2. Le gingembre frais, excellent digestif, est aussi très apprécié comme petit remontant épicé.
  3. L’anis étoilé (ou badiane), une spectaculaire épice en forme d’étoile, fait toujours sensation quand elle flotte dans un pichet d’eau.
  4. Les rooibos aromatisés de même que les thés chaï épicés sont toujours en demande et souvent redemandés.
  5. Un thé vert japonais, le Genmaicha (gaine-maille-cha), a été rebaptisé par mes invités le « thé au popcorn ». Il contient des grains de riz grillés qui ajoutent une petite touche sucrée à sa saveur toute végétale.
  6. Finalement, parmi les thés noirs, la palme revient au Earl Grey, aromatisé à la bergamote (un agrume) et au Lady Grey (un thé Earl Grey auquel on a ajouté des zestes de citron et d’orange, et parfois même de mandarine).

Bonne dégustation!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Remarque : Le HTML est autorisé. Votre adresse email ne sera jamais publiée.

S'abonner aux commentaires

%d blogueurs aiment cette page :